Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 09:00
Vous le savez maintenant j'aime passionément les Phalaenopsis et j'en possède pas mal.
Mais la confusion s'instale dans mon esprit concernant le Phalaenopsis violacea appelé également bornéo,malaysia,bellina ect....
Suite à quelques recherches sur le sujet,tout devient clair
C'est pourquoi je vais essayer de vous expliquez du mieux possible l'histoire du Phalaenopsis violacea.

Origine Historique

L'espèce fut découverte en Malaisie,par le botaniste Johannes Teijsmann,qui adressa des spécimens à Heinrich Witte,au jardin botanique de Leiden,en Hollande.
Celui ci en fit la description en 1860.
Par la suite,l'espèce fut trouvée dans des formes un peu différentes à Bornéo,Sumatra.
Une certaine confusion en à résulté,à laquelle Eric Christenson mit fin,en 1995,en créant deux espèces:

Phalaenopsis violacea qui possède quatre variétés:
Phalaenopsis violacea var.alba (variété botanique)
Phalaenopsis violacea var.coerulea (variété botanique)
Phalaenopsis violacea var.mentawai
Phalaenopsis violacea var.malaisia ou malaisie

Phalaenopsis bellina qui possède également quatre variétés:
Phalaenopsis bellina var.alba
Phalaenopsis bellina var.bowringiana
Phalaenopsis bellina vat.murtoniana
Phalaenopsis bellina var.punctata

Il est vrai que la fleur de Phalaenopsis violacea est plus petite que le Phal bellina et que bellina possède une tâche magenta

        
Ici Phalaenopsis bellina


       
Ici Phalaenopsis violacea var.malaisia
Repost 0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 07:00
Une bonne circulation de l'air est nécessaire afin de stimuler la croissance du Phalaenopsis,en améliorant ses échanges gazeux avec le milieu ambiant.La ventilation augmente l'évaporation de la plante,empêche l'apparition des maladies à champigons et parmet d'abaisser les températures trop élevées en été.Elle permet de plus d'assécher le feuillage avant la tombée du jour.

Les Phalaenopsis en milieu naturel sont soumis à une ventilation constante.Une ventilation efficace fera à peine bouger le feuillage.Si les plantes jouissent d'une bonne ventilation en été,lorsque cultivées au grand air,il en est tout autrement en hiver dans le chaleur conditionnée de nos maisons
Une collection de plusieurs dizaines de plantes nécessitera une plus grande aération.En l'absence d'une ventilation adéquate,la croissance des plantes est ralentie,et on note une élévation des risques d'épidémies d'insectes,de bactéries et de champignons.

Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 07:00
La culture des Phalaenopsis en pots doit permettre une bonne aération des racines.Le milieu d'empotage,souvent formé d'écorces de pin,finit toujours par se décomposer.Il devient aggloméré,libérant de fines particules qui retiennent l'eau,attirent les insectes et empêchent le libre passage de l'air au niveau des racines.
Il est d'usage de rempoter les plantes tous les deux ans,ou plus fréquemment si le milieu d'empotage se désagrège plus rapidement.
La période idéale pour le rempotage est au début de l'été,au moment où de nouvelles racines apparaissent chez les Phalaenopsis,et donc après leur période de floraison.
Le plant est d'abord abondamment arrosé,puis sorti de son pot et nettoyé.
Les débris,les feuilles trop endommagées et les racines mortes ou en décomposition sont éliminées avec un instrument stérile.
Le nouveau milieu d'empotage doit être préparé pour recevoir la plante.
Le Phalaenopsis pousse bien si ses racines n'ont pas à coloniser un trop grang espace.
Le choix du contenant d'empotage revêt une importance capitale dans le comportement futur de la plante.
Un pot trop grand ou trop profond ne présentera pas une uniformité des conditions de culture pour les racines.
L'espace immédiat sous la plante sera toujours plus détrempé que l'espace en bordure de la paroi du contenant ou sa surface.
La règle à suivre est de choisir le pot le plus petit possible capable de contenir les racines sans les briser.De plus,comme les épiphytes possèdent des racines aériennes,il n'est pas nécessaire de recourir à des pots profonds.Il faut s'assurer d'une bonne circulation de l'air et de l'eau par les orifices sous le pot.






















Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 07:00
Les Phalaenopsis aiment avoir les racines humides.Leurs racines se plaisent à sortir du pot en s'allongeant dans toutes les directions pour puiser l'humidité de l'air.Il faut surtout éviter de laisser les racines tremper dans une eau stagnante,ce qui risque de les faire pourrir et pire de faire mourir la plante.Des racines en santé s'assèchent entre les arrosages mais se gonflent et prennent des couleurs grises et verte quelques minutes seulement après un arrosage adéquat.Les racines mortes restent sèches,même en présence d'eau,et noircissent.
Afin de satisfaire à leurs besoins tout en évitant la pourriture,il faudra arroser ses plantes abondamment deux fois par semaine durant l'été et une seule fois par semaine durant l'hiver.
Il s'agit ici d'une fréquence arbitraire.Le rythme des arrosages doit s'adapter aux conditions de culture.
Dans une serre où l'humidité est toujours relative est toujours très élevée,les arrosages seront bien moins fréquents,que si les Phalaenopsis sont cultivés dans une ombrière extérieure soumise aux grands vents.
Le rythme des arrosages doit assurer un assèchement du milieu d'empotage et une respiration des racines entre ces arrosages.
Il est important d'utiliser une eau ni trop froide ni trop calcaire.
Les feuilles des Phalaenopsis en milieu naturel sont pendantes et ne conservent jamais d'eau à leur surface.La présence d'eau au coeur de la plante,à son sommet,risque d'entraîner la pourriture de la couronne des feuilles et le décés du plant.
C'est pour cette raison que les arrosages se font généralement le matin,en évitant le plus possible d'arroser le feuillage.Ainsi,à la nuie venue,l'eau résiduelle sera complètement évaporée,ce qui diminue grandement les risques de pourriture de la couronne.


Ici un éxemple de racines en bonne santé,d'une plante qui respire la santé,regarder bien une nouvelle hampe fait son apparition.

Personellement pour l'arrosage j'utilise l'eau de pluie,et si jamais il n'était pas possible dans avoir (comme cet hiver)j'utilise une carafe filtrante qui neutralise le calcaire.
Je puise toujours mon eau de pluie la veille de l'arrosage afin que l'eau soit à température ambiante
Repost 0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 07:30
Les Phalaenopsis sont des plantes de climat chaud.Leurs températures de culture correspondent à peu près aux conditions dans lesquelles nous maintenons nos appartements.Ils vivent bien à des températures variant de 5°C à 30°C.La plante résiste mal cependant à des températures froides mais peut supporter pour un temps court des températures de 34°C à 35°C.
Comme pour beaucoup d'orchidées tropicales et subtropicales,le Phalaenopsis se plaît bien lorsqu'il éxiste un écart entre les températures du jour et de la nuit.Si l'appartement ou la maison sont maintenus en permanence à une même température,la croissance de l'orchidée en sera quelque peu affectée.
C'est surtout pour rntamer les floraisons qu'il est important de créer cet écart jour-nuit des températures.Les journées chaudes et les nuits fraîches de l'été lui conviennent très bien.
Durant les autres saisons,il faudra se préoccuper de cette condition de culture.Il éxiste plusieurs endroits dans une demeure où ces conditions sont satisfaites.Le rebord d'un fenêtre est un endroit tout à fait approprié.Le verre n'est pas un isolant thermique idéal et,durant l'hiver,les températures nocturnes s'abaissent dans l'environnement immédiat d'une fenêtre,ce qui en fait un endroit idéal pour la culture des orchidées.Il faut prendre soin de dévier les sources de chaleur des chauffages souvent situés sous les fenêtres.


Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 14:10
Le début des floraisons chez les Phalaenopsis constitue un phénomène cyclique.La majorité des hybrides à grandes fleurs fleurissent au printemps et sont donc entamés à l'automne.
Les facteurs qui permettent d'entreprendre cette floraison peuvent être multiples.Chez certaines orchidées,les variations des rythmes d'éclairage en sont responsables,alors que,chez d'autres,c'est la variation de l'intensité de la lumière et non sa durée.Les modifications de température,d'humidité relative ou des rythmes d'arrosage,comme les variations saisonnières,sont des facteurs importants pour plusieurs autres.
Pour plusieurs espèces,ces facteurs sont bien déterminés.Pour ce qui est des hybrides,la reconnaissance du ou des facteurs déclencheurs est rendue difficile puisqu'un hybride présente les caractéristiques résultantes de ses deux lignées de parents.
La meilleur technique pour déclancher les floraisons d'une orchidée est de simuler au mieux toutes les conditions naturelles à laquelle elle est soumise en milieu naturel.
Les Phalaenopsis proviennent de zones tropicales et subtropicales et occupent des microclimats précis qu'il faut donc tenter de reproduire.
En 1982 Arditti explique que la floraison printanière de plusieurs Phalaenopsis est entamée par une baisse des températures nocturnes vers les 12°C à 16°C durant une période de deux à cinq semaines.La durée de l'éclairage quotidien ne semble pas avoir beaucoup d'influence.
Il faut souligner que les variations annuelles de la durée du jour sont presques nulles en zone tropicale et très faibles en zone subtropicale.
Certaines espèces vivent sous des climats plus doux ou plus froids et le début de leur floraison dépend parfois d'autres facteurs.Les changements de conditions microclimatiques sont responsables des floraisons.

Repost 0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 07:00
En milieu naturel,les Phalaenopsis subissent une succession annuelle d'une période de pluies et s'une période sèche.C'est durant la période de sécheresse que sont entamées les tiges florales.Par la suite,une tige florale prendra de 115 à 120 jours pour se développer et présenter ses floraisons.Au moment de la saison sèche,le déclin de la végétation et l'absence de nuages procurent aux orchidées un éclairage plus intense que durant les saisons de pluie.
Au début de l'automne,l'éclairage que l'on fournit aux plantes devrait donc être augmenté de 50% pour simuler le milieu naturel.Il est important de procéder graduellement dans cette augmentation afin d'éviter les brûlures foliaires.La période d'éclairage maximal devrait s'étendre sur une période de trois mois.Donc plus d'éclairage en hiver.
Dans l'impossibilité de fournir une telle intensité lumineuse certains auteurs proposent d'en allonger la période à environ 14 heures d'éclairage par jour.Cette compensation de la durée à défaut d'intensité donne de très bons résultats chez les Phalaenopsis,mais lorsque d'autres orchidées sont cultivées dans un même espace il faut s'assurer qu'elles ne soient pas,comme les Cattleyas,dépendantes des durées des cycles lumineux.
Lorsque les tiges florales apparaissent,l'éclairage peut alors être ramené à la normale pour le reste de l'année.

                   


Lorsque les bourgeons floraux se forment,ils
éxécutent une rotation,la résupination; c'est un
moment critique où il ne faut pas modifier la
situation de la plante par rapport à la source de
lumière.
Repost 0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 23:00
Deuxième partie:

Comme une majorité d'orchidées des régions tropicales et subtropicales,les Phalaenopsis sont des plantes épiphytes.
Ce qualificatif fait référence aux plantes vivant accrochées aux autres plantes.Il s'agit d'un mode de support,et non d'un mode de nutrition.En effet,elles ne sont pas parasites des plantes aux-quelles elles s'accrochent.C'est grace à des racines bien adaptées que les Phalaenopsis s'attachent fortement à leur support végétal.Certains pourront même vivre accrochés aux rochers surplombant les cours d'eau,on les qualifie alors de litophytes.Aucun n'a développé le mode terrestre commun à la plupart des autres végétaux,quoique quelques espèces puissent être considérées comme semi-terrestres.

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 18:03
Nous nous connaissons depuis peu,ma passion pour les orchidées est assez récente "deux ans",mais il est vrai qu'au fil du temps celle-ci est de plus en plus forte.
Je possède pas mal de livres,je cherche,je fouine toujours à la recherche d'informations sur celles-ci.
J'en possède également 'pas mal' et aime particulièrement les Phalaenopsis,les Dendrobium,les Bulbophyllum,les epidendrum.Je commence également à regarder de prés les pleurothallis et bien d'autres.
C'est pourquoi aujourd'hui je vais vous parler du Phalaenopsis botanique.

Première partie:

Petite histoire du Phalaenopsis
La première espèce de Phalaenopsis décrite fut trouvée à l'île d'Amboine.C'est G.E Rumph qui en fit la description sous l'appellation de Angraecum album majus en 1750.
Deux ans plus tard,Peter Osbeck trouva un plant identique à Java et son spécimen d'herbier servit,une année plus tard,à la description,par Carl von Linné,de ce qui devint Epidendrum amabile.
C'est en 1825 que Blume créa le nom de genre <Phalaenopsis> en y incluant le Phalaenopsis amabilis comme espèce typique du genre.
Le nom du genre tire ses racines de deux mots grecs;
phalèna (papillon) et opsis (ressemblance)
Il décrit bien la présentation des fleurs blanches de plusieurs des espèces constituant ce genre.
C'est principalement des régions du Sud-Est asiatique que provenaient la majorité des espèces décrites jusqu'au début du siècle.
Aujourd'hui,on reconnaît environ 46 espèces de Phalaenopsis distribuées aux Indes,en Indonésie,aux Philippines et en Australie.Alors que certaines sont endémiques,rares ou même disparues de la nature,d'autres jouissent d'une grande aire de distribution,Une première classification du genre fut faite en 1825 par C.L. Blume,revue par Reichenbach en 1862 au moment où 11 espèces étaient connues,puis par Rolfe en 1886 qui en décrit 24 espèces.
Le genre Phalaenopsis a finalement été révisé par Herman Sweet de 1968 à 1969.
La révision de Sweet reconnaît plus de 46 espèces en 9 groupes.


Repost 0

Les Orchidées De Sophie

  • : Les Orchidées de Sophie.com
  • Les Orchidées de Sophie.com
  • : Passionnée par les orchidées,la création de ce blog est pour moi une façon de vous faire connaître cette passion, mais aussi apprendre, échanger nos idées nos expériences. J'aimerais partager mon petit monde avec vous.Que vous soyez débutants,amateurs ou confirmés.Vous êtes les bienvenus dans mon univers.N'hésitez pas à me laisser vos commentaires,vos idées.......
  • Contact

  • sophie
  • Passionnée d'orchidées depuis 5 ans, je cultive à la maison environ 350 plantes de genres et d'espèces différentes
  • Passionnée d'orchidées depuis 5 ans, je cultive à la maison environ 350 plantes de genres et d'espèces différentes

Producteurs

Orchidarium  'Suisse'

Orchids Tech 'Suisse'

Ryanne Orchidées 'France'

La Cour des Orchidées 'France'

La Canopée 'France'

Rechercher

Visites depuis le 01/02/2009